• Et si c'était vrai ... - Marc Lévy

     

     

     

     

    Titre : Et si c'était vrai ...

    Auteur : Marc Lévy

    Édition : Pocket

    Parution : décembre 2009

    Pages : 250

     

     

     

      

    Résumé 

    Lauren, une jeune femme dans le coma, installe son double dans le placard de la salle de bain de son ancien appartement. Arthur qui vient d'y aménager la découvre un soir en prenant son bain. Bien sûr, une belle histoire d'amour naît entre la belle invisible et le jeune architecte que ses amis commencent à prendre pour un fou. Forcément, il parle tout seul. Mais, à l'hôpital, les méchants médecins laissent planer la menace de l'euthanasie. Une course contre la montre commence. Une histoire incroyable. qui pourrait bien être vraie. Un premier roman dont Steven Spielberg va bientôt tirer un film.

     Mon avis

     Mes études de Lettres Modernes m'ont toujours fait éviter ce genre de littérature. Parce que voyez-vous, quand on étudie les lettres, c'est pour étudier les GRANDS auteurs, et non la basse littérature qui fait vibrer la ménagère de plus de 40 ans. J'ai ainsi, pendant des années, à peine touché les livres de Lévy (comme ceux de Musso et autres auteurs du genre) sous peine de me voir brûler les doigts par tant de sottises ! 

    Et oui, malheureusement les études supérieures en lettres sont très élitistes et la littérature populaire n'y a pas sa place. J'ai donc entendu de nombreuses et vives critiques sur les œuvres de cet auteur, sans jamais en avoir lu une seule ligne. C'est pourquoi il a été nécessaire de m'en faire mon propre avis, et j'ai commencé par Et si c'était vrai ... 

    Au final ce fût une lecture agréable avec une histoire prenante même si j'aurais préféré une fin moins ... bisounours. Peut-être pas que ça se termine mal, mais au moins une fin ouverte, parce là c'est trop mignon pour moi !

    Les personnages sont intéressants mais pas assez creusés à mon goût.

    L'auteur aurait également pu aller plus loin dans l'idée du rêve, de l'iréel, laisser planer le doute plus longtemps. 

    Et puis il y a quelques passages ennuyeux ... Toute l'histoire avec sa mère est beaucoup trop long, et puis les phases avec le flic ... pouah du vieux polar cliché à deux balles qui n'avait rien à faire là. 

    En bref malgré ces quelques remarques négatives, j'ai passé un bon moment, et ce livre soulève des problématiques assez intéressantes comme le rapport au corps et à l'esprit, l'euthanasie (à la suite de ce roman j'ai d'ailleurs là Avant toi et Quand la nuit devient jour).

    11 / 20


    votre commentaire
  • Les secrets de Nil - Lynne Matson

     

     

     

     

    Titre : Nil

    Auteur : Lynne Matson

    Édition : PKJ

    Parution : 03 novembre 2016

    Pages : 506

     

     

     

     

     

    Résumé de l'éditeur 

    Sur l'île de Nil, les règles sont définies. Vous avez exactement 365 jours pour vous échapper ou vous mourrez. Rives est maintenant le leader incontesté de Nil City, mais garder la ville unie est plus difficile que jamais. 

    Les fournitures sont en baisse, et les habitants non-humains ont pris un virage mortel. Les nouveaux arrivants provoquent des divisions au sein de la ville et mettent le système de recherche en péril. Et qui va payer le prix ?

     

    Mon avis

    Et me revoilà pour vous parler du deuxième tome de Nil. Encore une fois je suis loin d'être déçue !

    Je n'ai pas été surprise par le retour de l'alternance des personnages, c'est toujours aussi intéressant d'un point de vue informatif : l'histoire racontée avec deux points de vue est beaucoup plus enrichie que s'il n'y en avait qu'un seul. Néanmoins j'ai été un peu blasée car dès le début je savais que les deux personnages allaient finir ensemble comme dans le premier tome. J'aurais peut-être aimé qu'ils ne soient qu'amis, même si j'ai préféré cette histoire d'amour à celle de Charley et Thad : moins nian-nian, ils luttent contre un bon moment pour privilégier la cité, et cèdent à la tentation vraiment à la fin, quand ils commencent à trouver des réponses, avec toutefois la pression de mener à bien leurs plans. En tout cas on se rend bien compte qu'ils sont très soudés, presque depuis leur rencontre.

    En parlant des personnages, j'ai vraiment apprécié les caractères de Rives et Skye, même plus que Thad et Charley. Je ne saurais pas dire ce qu'ils ont en plus. Sans doute leur détermination, leur force et leur dévouement. Et puis Rives quoi ...  profond, torturé, vrai. Il m'a agacé à être borné parfois, à vouloir toujours tout maîtriser et vouloir faire les bons choix au détriment de sa santé physique et mentale, mais il m'a touchée, je l'ai trouvé plus crédible que Thad.

    Pour parler d'autre chose que des personnages, l'histoire en elle-même a vraiment bien avancée. On a appris énormément de choses sur Nil ; je dirais même que presque tous les mystères sont percés. On passe de quelque chose de toujours surnaturel et mystérieux à la fin du tome 1, à des explications somme toute logiques dans le tome 2. J'ai trouvé d'ailleurs la progression entre les deux tomes très fluide, on n'est pas non plus bombardés d'infos. Elles arrivent au fur et à mesure, on a le temps de les assimiler, surtout dans le tome 2 où ils y a énormément de révélations et pourtant on n'a pas l'impression d'être submergé.

    On a d'ailleurs l'impression de tout savoir avec ces deux tomes. Tous les ados de la cité sont d'ailleurs partis, ils mènent une vie tranquille, et ça aurait pu s'arrêter là. Mais ce que je trouve génial c'est qu'il y a une troisième tome, qui ne tient qu'à un seul personnage : Paulo. J'ai adoré le petit passage où il change d'expression avant de passer la porte. Autant du 1 au 2 on se doute qu'on va retrouvé la cité et ses occupants, autant là, tout aurait pu se terminer comme ça. Mais non, Lynne Matson en décide autrement simplement grâce à une expression du dernier personnage à traverser la porte. 

    Et puis la fin ... Elle m'a autant fait vibrer que la fin du premier tome ! Tout va encore à 100 à l'heure, les péripéties s'enchaînent, on se demande quel personnage va trinquer. J'ai à nouveau avalé les pages, presque à bout de souffle, c'était vraiment prenant ! 

    Comme je l'ai dit je n'ai encore une fois pas été déçue par Nil, bien au contraire ! Je ne peux pas dire que c'était un coup de coeur, mais ça s'en approche ! J'ai hâte de lire le dernier tome !

     

    17 / 20


    votre commentaire
  • Nil - Lynn Matson

      

     

    Titre : Nil

    Auteur : Lynne Matson

    Édition : PKJ

    Parution : 18 février 2016

    Pages : 464

     

     

     

     

     

      

    Résumé :

    Comment s'échapper d'une île qui n'existe pas ?

    Charley se réveille sur une île somptueuse qui ne figure sur aucune carte. Elle y survit tant bien que mal avant de rencontrer Thad, le leader du clan des humains présents sur Nil. 
    Il lui apprend la vérité, glaçante : pour quitter cet enfer paradisiaque, il faut trouver une des portes qui apparaissent au hasard sur l'île ... 
    Il n'y en a qu'une par jour. Une seule personne peut l'emprunter. Pire encore, les adolescents n'ont qu'un an pour s'échapper. Sinon, c'est la mort. 
    Le compte à rebours a déjà commencé...

     

    Mon avis :

    Après en avoir entendu parlé sur plusieurs chaînes youtube, j'ai eu très envie de me lancer dans ce premier tome (sans même savoir que deux autres suivraient !)

    Et allons droit au but : je n'ai trouvé que très très peu de défauts à ce livre !

    Déjà le rythme insoutenable ! Entre les arrivées, les départs, les animaux, les morts, les découvertes, les amitiés, les angoisses, les courses effrénées pour les portes ... Sur Nil, les adolescents n'ont pas le temps de souffler, et nous non plus ! En bref on est immergé sur Nil au même titre que ses prisonniers ; ça ne s'arrête jamais : quelque chose se termine, on pense pouvoir relâcher un peu la pression et puis ... non parce que c'est déjà reparti !

    Et puis il y a cette profonde histoire d'amour entre Thad et Charley. Bien que prévisible, pas super crédible en réalité, elle m'a quand même touchée, et je ne saurais dire pourquoi. Elle ne s'explique pas en fait, elle se lit.

    D'ailleurs l'alternance des points de vue entre les deux personnages est un vrai + qui nous apporte beaucoup d'informations sans pour autant répéter les choses. J'avais juste un peu peur d'avoir affaire à des personnages trop ... adolescents. Alors que pas du tout ! Tous les personnages, pas seulement les deux principaux, sont finalement très matures, ils ont réussi à s'organiser et font preuve de réactions et de décisions pertinentes tout au long du livre.

    Et cette fin ... encore une fois j'en ai eu le souffle coupé tellement je dévorais les lignes. Lynne Matson nous met une pression pas possible, j'avais hâte (et en même temps pas tant que ça) d'en finir avec ce suspens terrible ! Cela aurait pu d'ailleurs en rester là, n'être qu'un livre unique, car il s'agit d'une vraie fin. Et pourtant quel bonheur de retrouver les personnages dans le second tome (que j'ai lu à moitié) car c'est plutôt frustrant de rentrer avec Charley et de laisser tous les autres derrière nous ! On retrouve là une autre petite prouesse de Lynne Matson qui nous a fait nous attacher à toute la communauté au delà de simplement Charley et Thad.

    Enfin, ce que j'ai, je crois, le plus apprécié dans tout ça, c'est de ne toujours pas tout savoir en refermant le livre. Très peu de mystères ont été résolus dans ce premier tome et en le refermant, une fois remis de la fin, on se pose encore des tas de questions sans pour autant que ça soit gênant. D'habitude j'aime tout comprendre, tout savoir, réussir à faire des liens logiques entre tout ce que je lis, mais là, Nil n'a dévoilé presque aucun de ses secrets. C'est intriguant plus que frustrant.

    Note : 17 / 20

     

     


    votre commentaire
  • The book of Ivy - Amy Engel

     

     

     

    Titre : The Book of Ivy

    Auteur : Amy Engel

    Édition : Lumen

    Parution : 5 mars 2015

    Pages : 345

     

     

     

     

     

    Depuis très longtemps dans ma PAL, je n'arrivais pas à me décider à le prendre dès que j'avais terminé une lecture et qu'il me fallait en commencer une autre. Et puis un jour ... Je venais de terminer Confess et j'ai complètement bloqué devant ma bibliothèque. Trop de choix ... Alors j'ai sélectionné trois livres et j'ai envoyé les titres à quelqu'un, lui demandant de choisir sans même connaître le résumé ou la couverture. Et voilà comment j'en suis arrivée à enfin lire The Book of Ivy !

     

     Résumé de l'éditeur

    Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
    J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
    Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
    Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
    Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

     

    Avis

     [Attention spoiler]

    Ramassis de clichés. Voilà comment on pourrait qualifier ce livre.

    Déjà, je trouve dommage que le résumé du livre spoil toute l'histoire. On sait pertinemment qu'Ivy ne va pas tuer Bishop (quoique le contraire aurait été plutôt surprenant et intéressant pour le coup !). Donc ... quoiqu'il se passe on sait que NON, Ivy Westfall n'est pas une meurtrière et que si elle le tue, surtout dans les premières pages, l'histoire n'a plus d'intérêt. Du coup ça enlève pas mal du suspens qu'on a bien voulu nous vendre dans le résumé ou la couverture elle-même. Pire, on se doute déjà que ce mariage forcé ne sera finalement pas si terrible que ça et qu'elle va tomber amoureuse de son mystérieux mari.

    « L'espace d'une seconde, il ne bouge pas et j'ai le temps de penser que j'ai fait une énorme erreur, le regret et l'embarras enflent en moi comme du sang qui se précipite à la surface d'une blessure. »


    Il ne reste alors plus qu'à miser sur les péripéties, les personnages et/ou une critique sociale profonde pour sortir de ce mauvais départ. Mais là encore ...

    Il ne se passe pas grand chose, et quand il y a un peu de mouvement, ça traine encore. Et puis certes, les personnages sont jeunes et inexpérimentés, mais parfois on frôle le manque absolu de maturité, ce qui rend les évènements encore moins intéressants (CF le jeu action/vérité).

    Sinon quand on a un élément perturbateur, il est à chaque fois réglé soit par une erreur d'Ivy (qui persiste et signe à être la petite fille sans cervelle qui fait une confiance aveugle à son assoiffé de pouvoir de père) soit par le parfait Bishop (qui règle tout en nous montrant à quel point il est génial). Bon ok, j'exagère sans doute, mais c'est comme ça que je l'ai ressenti ...

    « L’amour, c’est brouillon, c’est compliqué, et c’est une erreur de refuser sa magie aléatoire. »

    En ce qui concerne les personnages, trop de clichés. Bishop déjà. L'homme parfait. Beau, musclé, charmant, respectueux, attentionné, intelligent, réfléchi, philanthrope sous le manteau ... Bref, parfait je vous dis ! Pas un seul défaut en vue ! Et c'est là que ça devient trop. Parce que c'est juste impossible. Mais vraiment.

    Ivy quant à elle m'a vraiment agacée à certains moments. "Oh là là je dois me ressaisir, ne pas montrer mes véritables émotions pour que le plan de mon père fonctionne." Pouahhhhhhh mais cette remarque je n'en pouvais plus ! Il y en avait une toutes les deux pages, c'était vraiment lassant ! Et puis je l'ai trouvée creuse ... Elle a pris un peu de profondeur sur la fin, mais ses choix ... comment dire. "J'aime foutre en l'air ma vie à cause de personnes qui m'ont trahies et pour qui je vais quand même me sacrifier !" NON QUOI, NON !

    Sa famille justement ... Ceux dont on nous fait croire qu'ils œuvrent pour le bien de leur compatriotes et qui se révèlent en fait avides de pouvoir, manipulateurs et traitres. Et Ivy ne le voit pas. Alors que ça saute aux yeux !

    Quant au père de Bishop, il se révèle être un faux méchant qu'il fait ce qu'il peut (ouh on ne s'y attendait pas !) mais elle persiste dans l'idée de tuer son fils parce que son père lui a demandé ... *agacemeeeeeent*

    « C’était mon choix, et j’en suis fière. S’il me rend faible, alors c’est une faiblesse avec laquelle je peux enfin vivre.  »


    Enfin, la critique sociale profonde qui aurait pu tout tirer vers le haut reste effleurée et trop peu exploitée. A quelques rares moments on sent bien que l'auteur dénonce à travers Ivy la place de la femme dans la société, les mariages forcés, les situations de femmes battues et violées ... Mais quelque chose me gêne. Et c'est peut-être simplement le fait qu'Ivy soit une coquille vide qu'on réussi facilement à manipuler en appuyant sur quelques points sensibles (la famille, au hasard, pas cliché du tout pour une femme) et qui finalement se plie à tout ce qui est imposé aux femmes : mariage forcé (on pourrait dire que c'est pour le "plan", mais il n'en reste pas moins qu'elle suit la procédure quand même sans broncher) et presque viol (oui Bishop l'homme parfait ne l'a pas touchée mais Ivy insinue quand même qu'elle se serait sans doute laissée faire parce que ... c'est comme ça que ça doit se passer).

    Alors pourquoi une aussi "bonne note" de ma part au vu de mon avis ?

     

    Et bien aucune idée. Même si, avec du recul, et en me relisant, j'ai énormément de critiques à faire à ce livre, je ne peux pas nier le fait que j'ai été happée par l'histoire et que ma première réaction quand j'ai refermé le livre ait été : "Il me faut le tome 2". Je suis sans nul doute un très bon public pour ce genre de livre !

     

    Note : 14 / 20

     


    votre commentaire
  • Confess - Colleen Hoover
     
     
     
     
     
    Titre : Confess
    Auteur : Colleen Hoover
    Édition : Hugo Roman
    Parution : 18 mars 2014
    Pages : 496

     

     

     

     

     

     

     

     Après avoir lu un premier ouvrage de Colleen Hoover, j'ai eu envie d'en attaquer un autre ! Et cela tombait bien puisque j'ai reçu Confess lors d'un swap !

     

     Résumé de l'éditeur

     Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin !
    Mais Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry.

    Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne pensait.
    Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeur que la vérité...

     

    Avis

     Vous n'allez sans doute pas être surpris mais ... ce fut encore une très bonne lecture !

    Avant même de parler de l'histoire, je vais glisser un mot sur les illustrations. J'ai trouvé que l'ajout des peintures d'Owen (enfin de David O'Connor) dans le livre est une excellente idée ! En plus d'être superbes, elles ajoutent un côté concret qui nous aide vraiment à nous projeter dans l'univers de l'artiste. Autant il est facile d'imaginer le physique d'un personnage, autant réussir à se représenter une oeuvre, aussi bien décrite soit-elle, est très compliqué, du moins pour moi. Alors quand je me suis rendue compte que certaines peintures étaient dans le livre, j'étais RA-VIE ! Et puis je suis tombée littéralement sous le charme de ce qui s'en dégage !

    Bon, revenons-en à l'histoire elle-même.

    A mon sens, les points de vue alternants sont encore mieux que dans Maybe someday. J'ai complètement adhéré au fait qu'ils se suivent plutôt que de reprendre chacun une même scène à tour de rôle. J'avais peur de manquer d'éléments pour comprendre les enjeux de certains passages, mais au final de ne pas faire répéter une scène sous deux points de vue est à la fois enrichissant et léger. Colleen Hoover parvient à nous donner juste ce qu'il faut à chaque fois, et surtout à choisir stratégiquement le bon personnage pour tel ou tel passage, ce qui fait que nous ne sommes jamais frustrés par les points de vue, mais on est au contraire ravi de pouvoir accéder aux sentiments des deux personnages sans avoir de doublons.

    « Je t'aimerai toujours, même quand je ne pourrai plus. »

     J'ai également adoré le concept des confessions anonymes qui inspirent les peintures.  Au delà du fait d'avoir été touchée par ces peintures, j'aime

    « Je pense que l'amour est quelque chose de difficile à définir. Tu peux aimer beaucoup de choses chez une personne, et pour autant ne pas être amoureux de la personne entière.  »

     

    Même si j'étais énormément frustrée, j'ai aimé le mystère que fait planer l'auteure tout au long du livre. Je n'ai pas arrêter de souffler chaque fois que les secrets étaient sur le point d'être révélés mais que finalement ce n'était pas l'heure des révélations. Colleen Hoover a ce don agaçant de nous rendre accro à l'histoire, mais de tout faire pour ne rien en dévoiler trop tôt. Alors forcément, quand on sait enfin ce qui lie Auburn et Owen ... je vous laisse imaginer à quel point on peut passer par toutes sortes d'émotions !

    Et pourtant tout ça reste crédible, même si ça peut paraître WTF. On est tellement dedans qu'on ne pense pas une seconde que la coïncidence peut être tirée par les cheveux. J'en profite d'ailleurs pour ajouter un mot sur l'histoire d'Adam, que j'ai adorée justement parce que l'auteure n'en a pas trop fait !

     

    « Il y a les gens qu'on rencontre, dont on fait connaissance, et il y a ceux qu'on rencontre et qu'on connaissait déjà.  »

     

    En bref, j'ai été convaincue par la révélation finale, Colleen Hoover a non seulement réussi à me faire réfléchir intensément en refermant le livre pour recoller les morceaux, mais elle m'a aussi réconciliée avec le destin et le fait que tout arrive pour une bonne raison.

     

     

     

    Note : 17 / 20

     

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique